par Massimo Introvigne

source : https://www.cesnur.org/2020/shincheonji.htm

Les médias du monde entier concentrent leur attention sur l’église de Shincheonji, un nouveau mouvement religieux chrétien sud-coréen, après que des membres de la congrégation de Daegu ont été infectés par le coronavirus.

En tant qu’expert qui a étudié Schincheonji, je suis préoccupé par le fait que les médias internationaux qui ne savent manifestement rien à son sujet ont «découvert» cette église pendant la nuit en raison des incidents de coronavirus en Corée et ont répété des informations inexactes trouvées sur Internet.

Plus inquiétant encore est le fait que les membres de Shincheonji qui ont contracté le virus, qui sont les victimes de cette histoire, sont traités injustement par les médias coréens et décrits comme  «sectaires». Pire encore, certains membres de Shincheonji ont été insultés, discriminés et forcés de quitter leur emploi, et sont les boucs émissaires de ce qui est devenu une hystérie nationale et internationale à propos du virus.

Pour autant que je sache, Shincheonji coopère avec les Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC) pour contenir le coronavirus, en se conformant à toutes les indications des autorités et même en testant le virus sur tous ses membres, à ses propres frais. Certains politiciens et médias en Corée du Sud font de Shincheonji le bouc émissaire de l’épidémie, afin de détourner l’attention du public des critiques qui leur ont été adressées pour n’avoir pas interdit l’entrée en Corée du Sud de ceux qui arrivaient de Chine, malgré les préoccupations exprimées par l’Association médicale coréenne.

L’agence de presse publique sud-coréenne, Yonhap News, a évoqué la relation possible entre l’arrivée de 1 000 étudiants chinois lors d’un voyage scolaire à Daegu le mois dernier et le déclenchement des épidémies. Au lieu de cela, Shincheonji est injustement blâmé, même si, 24 heures après qu’un de ses membre ait été identifié comme infecté par le virus, il a fourni aux autorités une liste complète de ses membres. Les membres ont également été encouragés à dire à leurs collègues et à leurs patrons qu’ils appartenaient à Shincheonji – ce qui n’est pas un petit pas, car en raison des campagnes anti-Shincheonji, ils restent normalement discrets sur le lieu de travail et se mettent désormais en danger d’être insultés, menacés et même de perdre leur emploi.

Le sentiment anti-Shincheonji en Corée du Sud est alimenté par des groupes chrétiens fondamentalistes, qui sont beaucoup plus influents dans ce pays qu’ailleurs dans le monde et sont perturbés par la croissance rapide de Shincheonji. Ces groupes ont des antécédents de propagande au vitriol et même de violence physique contre Shincheonji, dont les membres sont régulièrement kidnappés et confinés pour être soumis à une conversion forcée (déprogrammation), et sont maintenant allés jusqu’à accuser Shincheonji de propager intentionnellement le virus et d’appeler à la dissolution forcée de Shincheonji. Diffuser de fausses nouvelles dans un moment de crise nationale est dangereux et irresponsable.

L’atmosphère est davantage empoisonnée par le fait que des élections politiques auront lieu en Corée du Sud le 15 avril et que les discours de haine contre les nouveaux mouvements religieux sont utilisés à la fois comme un outil électoral et un moyen de détourner l’attention des critiques publiques des politiciens qui ont très mal géré la crise des coronavirus et le fait que le révérend Jeon Kwang-hoon, président du Conseil chrétien de Corée et chef de la principale coalition anti-Shincheonji en Corée du Sud, a été arrêté le 24 février pour avoir enfreint la loi réglementant campagnes électorales.

Certains groupes fondamentalistes utilisent les épidémies de virus comme prétexte pour intensifier leur campagne contre Shincheonji, dans l’espoir que le virus pourra réaliser ce qu’ils n’ont pas réussi à accomplir, c’est-à-dire mettre un terme à la croissance spectaculaire de Shincheonji, qui se produit en grande partie à leurs dépens. Alors que Shincheonji a certainement une théologie particulière, et il est normal que d’autres ne soient pas d’accord avec cela, les protestants coréens « anti-sectes » fondamentalistes sont maintenant en train de profiter honteusement de la situation. Les médias internationaux responsables doivent se garder de coopérer par inadvertance avec eux.

Traduction pour CAP LC : OB

Subscribe To Our Newsletter

What is CAP Freedom of Conscience ?


The Coordination of the Associations and the People for Freedom of
Conscience is an European NGO with United Nations Consultative
Status, created two decades ago and dedicated to protect the Right of
Freedom of Religion and Belief.

FACEBOOK TWITTER LINKEDIN



You have Successfully Subscribed!

Share This