La situation des minorités religieuses en Russie suscite de vives inquiétudes depuis plusieurs années. Bien que la Russie abrite des instituts universitaires de haut niveau et des intellectuels tolérants, elle abrite également des radicaux qui estiment qu’on devrait défendre la tradition orthodoxe russe en réprimant les religions minoritaires.

Un certain Alexander Dvorkin, qui dirige un centre “anti-sectes” à Moscou et coopère avec des militants anti-sectes internationaux sous l’égide d’une organisation connue sous le nom de FECRIS (Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme), jouit d’une certaine notoriété dans ce domaine, également depuis plusieurs années. Bien que rarement pris au sérieux à l’étranger, M. Dvorkin a montré qu’il pouvait représenter un réel danger pour les minorités religieuses en Russie, en déchaînant contre eux ses amis dans les médias et dans des institutions par ailleurs respectables.

L’une des obsessions de M. Dvorkin est l’hindouisme. Il ne s’est jamais vraiment remis du ridicule international dont il a été couvert en 2012 après avoir apporté son soutien à l’interdiction de l’édition ISKCON de la Bhagavad Gita, considérée comme un “livre extrémiste”. Il est convaincu que, grâce à la méditation et aux rituels, les maîtres hindous peuvent “hypnotiser” ou “laver le cerveau” de disciples chrétiens sans méfiance et les transformer en hindous du jour au lendemain. Les universitaires spécialistes des religions et les tribunaux occidentaux ont rejeté depuis longtemps les théories du lavage de cerveau considérées comme de la pseudoscience.

Une des cibles principales de M. Dvorkin est le maître hindou Sri Prakash Ji, qui vit en Russie depuis 1990 et qui compte de nombreux fidèles russes, ainsi que des disciples dans plusieurs autres pays. Ce qui contrarie plus particulièrement M. Dvorkin, c’est que Sri Prakash ait osé défier son centre anti-sectes devant un tribunal russe, obtenant le 10 décembre 2018 une décision selon laquelle certaines déclarations étaient effectivement diffamatoires. Les projets de Sri Prakash de construction d’un temple hindou à Moscou sont encore plus inacceptables aux yeux de M. Dvorkin.

  1. Dvorkin a maintenant relancé une campagne médiatique contre Sri Prakash et ses prétendues pratiques “hypnotiques”, appelant à son expulsion de Russie, pays où lui et sa famille vivent pacifiquement depuis 29 ans.

Nous comprenons parfaitement que les activités de M. Dvorkin ne représentent ni n’expriment la voix de la majorité du peuple russe et des fidèles membres de l’Église orthodoxe russe. Ceux-ci savent que leurs traditions et leur identité ne sont pas bien servies par les attitudes fanatiques anti-minorités, anti-hindoues et anti-indiennes. Pour cette raison, il serait bon que les institutions russes les plus respectées précisent de toute urgence qu’elles ne sont pas du même côté que M. Dvorkin sur la question de Sri Prakash.

23 juillet 2019

CAP-LC Coordination des Associations et des Particuliers pour la Liberté de Conscience

CESNUR – Center for Studies on New Religions

EIFRF European Inter-Religious Forum for Religious Freedom

Fedinsieme

FOB – European Federation for Freedom of Belief

FOREF – Forum for Religious Freedom Europe

HRWF – Human Rights Without Frontiers

LIREC – Center for Studies on Freedom of Belief, Religion and Conscience

ORLIR – International Observatory of Religious Liberty of Refugees

Osservatorio sul Pluralismo Religioso

Soteria International